Bannière Pronanut RDC

Politique Nationale de Nutrition

 Face à la gravité de la situation, la RDC a pris l’engagement d’investir dans la nutrition pour l’amélioration de l’état nutritionnel de sa population. Cette volonté politique, a été déjà exprimée par l’adoption en 2000 d’une Politique Nationale de Nutrition, la création du Programme National de Nutrition au sein du Ministère de la Santé Publique par arrêté ministériel n° 1250/CAB/MIN/S/AJ/CK/09/2000 du 20 octobre 2000 et l’exécution de deux plans directeurs, notamment le Plan Directeur de Nutrition 2001-2005 et le Plan Triennal de Nutrition de 2006-2008.

En 2013, une nouvelle politique de nutrition a été adoptée en RDC et constitue un guide conducteur des activités de nutrition en RDC

POURQUOI UNE NOUVELLE POLITIQUE NATIONALE DE NUTRITION

  • La Politique Nationale de Nutrition adoptée en 2000 avait mis un accent particulier sur des interventions directes de nutrition pour le développement de la Santé. Des évidences montrent qu’à elles seules les interventions directes de nutrition, ne pouvaient contribuer que partiellement à la réduction globale de la malnutrition, et de la malnutrition chronique en particulier.
  • La révision actuelle de la Politique Nationale de Nutrition a permis d’adopter une approche multisectorielle en vue d’apporter une solution globale à la malnutrition basée sur le renforcement de la synergie des interventions sectorielles contre la malnutrition en RDC.

POURQUOI UNE POLITIQUE NATIONALE DE NUTRITION AVEC APPROCHE MULTISECTORIELLE

  • Persistance des prévalences élevées de malnutrition sur le territoire national;
  • Emergence de nouvelles évidences établissant l’impact négatif de la malnutrition sur la survie, l’éducation et le développement économique;
  • Prise de conscience accrue par rapport à la problématique de la malnutrition comme entrave au développement;
  • Existence de nouvelles approches à impact avéré, pour augmenter la qualité  nutritionnelle des aliments, améliorer les pratiques d’alimentation des enfants et des mères et de traiter adéquatement les cas de malnutrition aiguë;
  • Nécessité d’assurer une coordination multisectorielle opérationnelle pour renforcer la synergie des interventions sectorielles contre la malnutrition.

ELEMENTS D’ORIENTATION DE LA POLITIQUE

VISION:    La Politique Nationale de Nutrition vise à assurer à tous les habitants de la RDC, et en particulier aux                      personnes vulnérables, un bon état nutritionnel leur permettant de jouir des capacités physiques,                            intellectuelles et psychoaffectives optimales et de mener une vie active et productive. (RDC pays                             émergeant)

BUT:         Garantir un capital humain productif, par une bonne nutrition de la population, pour le développement                     du pays.

Objectif général

améliorer l’état nutritionnel de la population en RDC par la synergie des interventions directes de nutrition et celles de tous les secteurs sensibles à la nutrition.

     Objectifs spécifiques à l’horizon 2020:

  • Réduire de moitié la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de 0 à 24 mois,
  • Ramener la prévalence de la malnutrition aiguë globale en dessous du seuil d’alerte (10%) dans toutes les provinces,
  • Réduire d’un tiers la prévalence du surpoids chez les femmes,
  • Réduire d’un tiers la prévalence du diabète non insulinodépendante,
  • Réduire d'un tiers la prévalence de l'anémie chez les enfants de moins de 5 ans
  • Réduire d'un tiers la prévalence de l'anémie chez les femmes en âge de procréer,
  • Eliminer les troubles dus à la carence en vitamine A,
  • Eliminer les troubles de la carence en iode,
  • Eliminer la paralysie spastique due au konzo

AXES STRATEGIQUES

  • Interventions directes en nutrition :

      Interventions visant les enfants dans la fenêtre d’opportunité de 1000 jours (0-24 mois)

      Interventions visant les enfants âgés de 24 à 59 mois

      Interventions visant les enfants âgés de 6-9 ans et les adolescents (10-19 ans)

      Interventions visant les femmes en âge de procréer (15-49 ans)

      Interventions visant les femmes enceintes et les femmes allaitantes

  • Interventions dans les secteurs sensibles à la nutrition :

      Interventions dans le Secteur du Plan: Intégration, suivi et évaluation dans les secteurs      clés                sensibles

      Interventions dans le Secteur de la Sécurité Alimentaire

      Interventions dans le Secteur de l’Eau-Hygiène-Assainissement

      Interventions dans le Secteur de l’Education

      Interventions dans le Secteur de l’Industrie

      Interventions dans le Secteur du Commerce et de l’Economie

      Interventions dans le Secteur du Genre, Famille et Enfant

      Interventions dans le Secteur de la Protection Sociale

      Interventions dans le Secteur des Urgences et Catastrophes

      Autres Interventions dans le Secteur de la Santé Publique: VIH, tuberculose, surnutrition…

      Interventions dans le Secteur de la Communication

CADRE INSTITIUTIONNEL DE COORDINATION, SUIVI et EVALUATION

  • Au niveau central

–      Comité  National multisectoriel de Nutrition, présidé par le Premier Ministre, secondé par      le Ministre    de la Santé Publique (se réunit tous les 6 mois)

–      Secrétariat permanent : assuré par le Conseiller Principal socioculturel du Premier Ministre

–      Secrétariat exécutif : assuré par le PRONANUT

                             

  • Au niveau intermédiaire

–     Comité  Intersectoriel Provincial de Nutrition, coordonné par le Gouverneur de Province. Se réunit           une fois par trimestre

–     Sécrétatiat assuré par le Cordonnateur de Nutrition.

         

  • Au niveau périphérique

–       Comité Local de Nutrition, coordonné par l’Administrateur du Territoire. se réunit une fois par mois

–       Secrétariat est assuré par le MCZ

  • Suivi et Evaluation: Sous la supervision du CNMN, le Pronanut assure le suivi de mise en œuvre.